Historique du marché Bio de Wittes

Le marché bio de Wittes ouvra pour la première fois ses portes en 1995, et fut inauguré le dimanche 16 Mars 1997, par Mr Jean-Claude Leroy (à l’époque, vise président du conseil général chargé de la ruralité) et de Mr Hervé Faucon Maire de Wittes accompagné de son épouse Brigitte Faucon, ainsi que des élus des communes voisines.

Le marché bio est depuis cette date situé dans le hall de la salle Louis-Vicart de Wittes, mais à été transféré depuis le mois de novembre 2016, à la salle communale 45 rue du Cornet (salle ou se pratique le yoga), et se déroule le troisième dimanche de chaque mois de 10h à 12h.

Mr Leroy soulignait déjà à l’époque, les problèmes de l’agriculture et du productivisme à outrance, qui sont d’ailleurs toujours et de plus en plus d’actualité.

Mme Brigitte Faucon présidente de « l’association culture et détente Wittoise » depuis cette date, est la cheville ouvrière de ce marché «Un marché pour les amis de la vie et de la nature», qui veulent savoir de quoi ils se nourrissent. Le vœu de Mme Brigitte Faucon se réalisa enfin en 1995, car depuis plusieurs années déjà elle était une bio avertie. En effet elle préparait son pain et ses brioches avec de la farine biologique et du levain naturel.

En 1997, il y avait déjà une dizaine d’exposants, qui allait de la volaille nourrie d’aliments certifiés bio jusqu’au boulanger bio, en passant par le producteur de légumes bio et bien d’autres encore.

Mme Brigitte Faucon souhaitait en 1997 que le marché connaisse le succès. Et bien un deuxième vœu se réalise encore en 2015, car il fête ses 20 années d’existence.

En 2017, vous trouverez sur ce marché, des fruits et légumes de saison, des produits de la ferme,des tartes diverses,des pains, des produits d’entretien et des produits d’hygiène, des tisanes et des savons, du fromage, du cidre, des jus de fruits, du vin…

Pour les producteurs ou les commerçants bios, qui souhaitent exposer au marché bio de Wittes, ils seront les biens venus, ils peuvent nous contacter en cliquant sur ce lien. Nous ne sommes jamais de trop pour combattre le productivisme à outrance et la mal bouffe.